www.carnetslozeriens.fr entend proposer une certaine illustration de la vie en société, au-delà d'un traitement informatif normé. Sérieux, humour, fantaisie, empathie. Pour les Carnets, journalisme rime naturellement avec humanisme - une valeur encore partagée par quelques grands hommes de presse (tiens, un bon sujet d'histoires !) dont les mânes préfèrent certainement et désormais se consacrer à la poésie... D'autre part, les Carnets Lozériens marquent leur volonté de devenir acteurs de la vie locale en organisant quelques événéments que d'aucuns jugeront fantaisistes (tant mieux !!!). Premier Opus en phase de maturation : le festival du Western Spaghetti, festival dédié, unique au monde et organisé à Mende, centre du... monde.
mentions légales contact
Les Carnets Lozériens La version Papier en ligne(s) Les deux numéros (papier, 40 pages chacun) sont accessibles ici dans une version numérique. Carnets Lozériens N°1 Carnets Lozériens N°2
Infos en chiffres : Lozère et Occitanie -La Lozère, avec 5100 km2, représente 5% de la Région Occitanie. -La densité de population (moins de 15 habitants au km2) est 5 fois plus faible que la densité moyenne en Occitanie, une région pourtant à forte dominante rurale. -La Lozère, c’est 1% du PIB de l’Occitanie. Cette poignée de chiffres renforce l’identité et la combativité d’une Lozère qui regarde le monde poursuivre sa course folle… La Lozère est un refuge mais aussi et surtout un creuset où s’inventent, s’expérimentent, s’incarnent de nouveaux modes de vie (sociale, économique, culturelle…). Les Carnets lozériens s’attachent à les explorer.

Représentativité de l'Assemblée nationale Les lumières crues de Pierre-Joseph Proudhon « Il faut avoir vécu dans cet isoloir qu’on appelle une Assemblée nationale pour concevoir comment les hommes qui ignorent le plus complètement l’état d’un pays sont presque toujours ceux qui le représentent . » (1848) Pierre-Joseph Proudhon (Besançon1809-Paris1865), inspirateur notamment de la philosophie de l'anarchisme, écrit cela en 1848. Un propos d'une lucidité hallucinante et d'un relief saisissant 170 ans plus tard. Et, en même temps (!), ce propos tiré du livre Le Guépard (signé Lampedusa): " Pour que tout reste comme avant il faut que tout change.. .".
Minéral, végétal, le chemin mène vers les hauteurs et invite à la déambulation tellurique, vers plus de lumières
Carnets Lozériens L'aventure Papier, c'est terminé.... L' aventure aura été courte mais intense - soit des mois de préparation, de déploiement d'efforts tous azimuts pour publier deux numéros des Carnets Lozériens, de 40 pages chacun. S eulement voilà, l'argent étant le seigneur de toutes les guerres et la mère de toutes les batailles, oui l'argent a manqué, dès le début. Le modèle économique n'était pas individuellement viable et encore une fois l'effet d'échelle démographique a joué - sans compter le manque de moyens de promotion. M ais je remercie personnellement et sincèrement les diffuseurs et la poignée d'annonceurs qui ont bien voulu participer à une belle aventure éditoriale. Les quelque 1300 acheteurs et les lecteurs encore plus nombreux m'ont convaincu d'une chose : il existe encore un public pour une presse papier indépendante de tous les pouvoirs et s'intéressant aux gens, tout simplement. L es Carnets Lozériens continueront de vivre sous forme numérique qui a l'avantage de ne rien coûter, sinon du temps et de l'énergie. Les lignes seront donc en ligne... Jean-Philippe Roux (lundi 12 mars 2018)
Carnets Lozériens
Porte d'entrée Portraits, rencontres... Le Père siffleur La nature, par monts, vaux et maux Semis de culture(s) Politiques et Territoires Des massif, des histoires Chasse,faune Les échos de là-haut et là-bas Portfolio ArchivesNature Le jeu de massacre continue… Les chiffres du massacre en cours sont éloquents et si les animaux et végétaux pouvaient manifester, les hommes devraient rester aux abris. Depuis 1970, les populations de vertébrés (mammifères, oiseaux, poissons, reptiles, amphibiens) ont été réduites de 60% (rapport du WWF 2018). Destruction aveugle et systématique des habitats (exploitations forestières et minières, urbanisation, agriculture intensive), pollutions de toutes natures (sic), espèces invasives, maladies… pour un peu (mais guère) on se croirait plongés dans les fléaux bibliques. La sixième extinction se profile à l’horizon. Indéniablement, sans contestation possible, l’activité humaine (surconsommation, tourisme industriel) impacte fortement l’environnement, Mère Nature. L’homme est un matricide. Le chasseur, lui, peut montrer la voie, celle du retour aux fondamentaux : respect et connaissance de l’animal et du végétal qui font la nature dans laquelle il évolue ; prélèvements raisonnés et adaptés ; observation et analyse des phénomènes naturels et artificiels (pollution) ; prosélytisme éclairé et éclairant ; partage et communication… Just do it, comme dirait l’un des emblèmes du capitalisme mondial. photos Fdc48
Le cochon, c'est canon... C'est en grande pompe que la Chine vient d'inaugurer l'Année du Cochon (2019). Mais, en fait, le cochon, c'est toute l'année, depuis plusieurs siècles, tellement il fait partie de la vie quotidienne dans de nombreuses cultures. En pays de salaisons et charcutailles - où le cochon est traditionnellement tué l'hiver - on l'accompagne volontiers d'un canon, le tout dégusté au cours de franches agapes, parfois rabelaisiennes. Bref. Le lecteur peut cliquer sur le lien ci-dessous amenant sur le toujours instructif site d'histoire Hérodote www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=2095&ID_dossier=462 Tout en se rappelant que, finalement, les cochons sont bien plus malins que l'on ne croit - comme le démontre l'histoire de Walt Disney Three Little Pigs où le loup est le... dindon de la farce !