Porte d'entrée Portraits, rencontres... Le Père siffleur La nature, par monts, vaux et maux Semis de culture(s) Politiques et Territoires Des massif, des histoires Chasse,faune Les échos de là-haut et là-bas PortfolioCarnets Lozériens
Chasse, reportages, actus cynégétiques, faune...
Les chasseurs doivent prendre leur destin en main Un spécialiste de l’IFOP (institut de sondage) lâche abruptement, à propos des rapports politico-cynégétiques : « C’est exactement le même ressort que Trump. Il faut aller chercher les voix des perdants de la mondialisation, les ruraux oubliés, dont le ressentiment vis-à-vis des élites, qui les prennent pour des gros ploucs, est très fort. » Un peu plus loin, le président de la Frapna, professeur de médecine à Genève, commente, lucidement : « Laurent Wauquiez et son équipe sont nos petits Trump à nous. Leur discours caricatural vise à monter chasseurs et écologistes les uns contre les autres, alors que, dans beaucoup d’endroits, nous travaillons ensemble pour préserver la biodiversité. » « Soit nous mourrons bientôt, soit nous nous lançons en politique pour prendre notre destin en main » martèle le président de la FNC. La journaliste commente : « Se sentant menacés, les chasseurs veulent s’adosser à des partis de gouvernement et décrocher des postes à responsabilités. » À quand un secrétariat d’Etat dédié exclusivement à la Chasse ?
Journal Le Monde « La chasse décomplexée » ou son poids dans la politique
Juste avant les Primaires de la Droite, le quotidien Le Monde (jeudi 17 novembre 2016) a consacré deux pages au monde la chasse et à son poids, ses sphères d’influence dans la vie politique. Les partis – mis à part, très vraisemblablement, celui des Verts – suivent la voie de la chasse aux voix des chasseurs. D’autant plus que selon un cabinet de conseil cité par Le Monde, « la France, premier pays cynégétique d’Europe, compterait 1,14 million de chasseurs. » La fédération nationale de la Chasse (FNC) et les fédérations départementales incarnent de réels relais d’opinion, ancrées dans les terroirs. C’est ainsi que Willy Schraen, nouveau président de la FNC, se retrouve fort courtisé sans être… courtisan. « Cet autodidacte de 47 ans, un homme du Nord à la carrure de bûcheron canadien, a toujours vécu à la campagne, celle où le samedi et le dimanche on se retrouve entre copains pour tirer le gibier d’eau. » Manifestement, la journaliste prend son sujet à cœur mais sans éviter le piège des poncifs… Bref. Il n’empêche, l’article, long et documenté, piste l’homo cynégéticus dans la jungle politique et socioéconomique. Représentant aussi l’homo ruralus (et même râleur, de nos jours par nécessité), le chasseur pèse son poids de plomb, tous diamètres confondus, et de balles tous calibres. Il faut savoir que le plus important groupe d’études de l’Assemblée nationale est celui baptisé « Chasse et territoires » regroupant 115 élus, de tous les horizons. Les chasseurs doivent prendre leur destin en main Un spécialiste de l’IFOP (institut de sondage) lâche abruptement, à propos des rapports politico-cynégétiques : « C’est exactement le même ressort que Trump. Il faut aller chercher les voix des perdants de la mondialisation, les ruraux oubliés, dont le ressentiment vis-à-vis des élites, qui les prennent pour des gros ploucs, est très fort. » Un peu plus loin, le président de la Frapna, professeur de médecine à Genève, commente, lucidement : « Laurent Wauquiez et son équipe sont nos petits Trump à nous. Leur discours caricatural vise à monter chasseurs et écologistes les uns contre les autres, alors que, dans beaucoup d’endroits, nous travaillons ensemble pour préserver la biodiversité. » « Soit nous mourrons bientôt, soit nous nous lançons en politique pour prendre notre destin en main » martèle le président de la FNC. La journaliste commente : « Se sentant menacés, les chasseurs veulent s’adosser à des partis de gouvernement et décrocher des postes à responsabilités. » À quand un secrétariat d’Etat dédié exclusivement à la Chasse ?