Les Carnets Lozériens
Incroyable mais vrai... Champignons et spores aériens. .. L es champignons constituent un monde mystérieux et ils n'en finissent pas d'étonner. Ainsi, des chercheurs américains s'intéressant à la dissémination des spores viennent de constater qu'un champignon était capable de créer du "vent" pour assurer le "transpore" (sic) et donc la reproduction, la colonisation de nouveaux territoires (lire Sciences&Vie février 2014). Cela laisse songeur : du haut de ces chapeaux champignonesques, des milliers de kilomètres contemplent peut-être le ramasseur...
Les vautours, maillon majeur de l'écosystème...animal Pour paraphraser un sketch fameux des Inconnus, il y a les bons charognards et les mauvais charognards. Plaisanterie mise à part, les vautours jouent plusieurs rôles : naturel (on préfère ce terme à "écologique"), économique, voire politique (puisqu'ils participent à la vie de la cité.).
Vautours : ça plane pour eux !? Que n'a-t-on pas entendu sur les vautours... Ces oiseaux de malheur portent la poisse, attaquent le bétail et même les petits hommes, etc., etc. L'étude, l'observation, l'analyse au long cours permettent de sortir de ces ténèbres moyenâgeuses. On peut le constater et l'expérimenter à la lecture de trois documents
glanés sur le site de la préfecture de la Lozère, notamment une lettre d'informations environnementales - le tout fort bien documenté, dans un souci constant d'objectivité. A côté des "charognards" planétaires de tous poils ou plutôt plumes, les vautours lozériens sont des enfants de choeur, mieux : des Samaritains!
Disparition des abeilles ? Du « blé » en moins… !
La nature, par monts, vaux et maux
éditorial "Si j'étais Dieu, je supprimerais les religions !" , une petite phrase entendue au coin d'un zinc lozérien et concluant une discussion sur les affrontements antédiluviens et pérennes, opposant chrétiens, musulmans, hindouistes, juifs, etc. etc. La liberté de chaque homme réside en lui, elle n'appartient à personne d'autre, qu'il soit un dieu ou un être humain. Seulement voilà, la liberté suppose un homme nu, étranger à toutes chaînes panurgiques - interdits alimentaires, obligations vestimentaires et comportementales... Liberté rime avec nudité originelle. Regardez le tableau ci-contre, l'homme en est absent, sa nudité est peut-être devenue absolue c'est-à-dire diaphane. Jean-Philippe Roux
P ar contre, l’impact s’avère différents selon les régions et leurs spécialités de production : un céréalier est moins sensible qu’un maraîcher (fruits, légumes) ou un producteur d’oléagineux à la raréfaction des butineuses. « A insi, note le journal, c’est dans le Cantal que la valeur du service de pollinisation est la plus faible (100 000 euros) et dans le Lot-et-Garonne qu’elle est le plus élevée (222 millions d’euros) ». Le service est évalué à 200 000 euros pour la Lozère. Quant au niveau mondial, le chiffre de l’impact économique dépasse 150 milliards d’euros , soit 10% de l’alimentation humaine. M oralité : moins d’abeilles dont le taux de mortalité est élevé, c’est moins de « blé » pour l’économie et surtout un appauvrissement, un dessèchement des formes de vies. A part ça, le round-up et les OGM poursuivent une carrière dont on peut douter de l’honorabilité…
« L’extinction des abeilles, ajoutée à celle des toutes les autres espèces butineuses causerait en France une perte de près de 2,9 milliards d’euros » selon le ministère de l’Environnement. (Source Les Échos 24 novembre 2016). C e chiffre obtenu à partir de données collectées mondialement en 2010 représente la valeur monétaire du « service de pollinisation » rendu par les insectes butineurs, notamment les abeilles. Autant dire qu’il s’agit d’un service… public impactant l’économie et donc le système capitaliste. L es abeilles seraient-elles les laquais du grand capital !? Que nenni, ce serait plutôt l’’inverse et les représentants souvent peu avisés dudit grand (sic) capital feraient bien d’y réfléchir. C e « service éco-systémique » représente « 8,6% de la valeur marchande de la production marchande destinée à l’alimentation humaine (33,5 milliards d’euros) » (chiffre pour la France en 2010).
un clic pour lire le rapport
Porte d'entrée Portraits, rencontres... Le Père siffleur La nature, par monts, vaux et maux Semis de culture(s) Politiques et Territoires Des massif, des histoires Chasse,faune Les échos de là-haut et là-bas Portfolio